Yann Eliès maître dans son jardin

© Alexis Courcoux

Après 18 heures de course, les 37 marins engagés dans La 43e édition de La Solitaire du Figaro – Eric Bompard Cachemire ont paré les premières difficultés et font désormais route vers le premier gros passage à niveau de cette première étape, le redoutable Chenal du Four. Au premier classement de cette journée, Yann Eliès (Groupe Queguiner – Le Journal des Entreprises) grâce à une navigation magistrale dans les cailloux, ouvre la route, Morgan Lagravière (Vendée) et Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012) suivent à quelques encablures mais la renverse du courant pourrait bien redistribuer quelques cartes.

Après un début de course pluvieux, dimanche après-midi, les 37 solitaires en course ont rapidement retrouvé des conditions plus clémentes pour naviguer mais toujours dans de tous petits airs. C’est sous un ciel presque dégagé que la partie de poker dans les cailloux de la côte de granite rose a pu débuter.
Auteur d’un mauvais départ, selon ses dires, Yann Eliès est rapidement revenu dans le match en allant flirter avec ces rochers qu’il connaît par cœur, le tout saupoudré d’un peu de chance et d’un excellent timing, ce qui lui a permis de prendre les commandes de la flotte dès Perros-Guirec.
« Le départ ne s’est pas passé comme je souhaitais, j’ai fait pas mal d’erreurs. Mais j’ai mis les bouchées doubles pour revenir sur la tête de la flotte et à recroiser devant le paquet. Certes avec un peu de chance puisque je joue quand même à domicile mais je me suis présenté au bon moment. J’ai réussi à prendre plus de vent que les autres donc à faire plus de chemin. De la chance il en faut en Solitaire ou sur une étape… », confiait Yann Eliès lors de la vacation radio ce matin.

Derrière le régional de l’étape (Yann Eliès), la valse des positions s’est rapidement mise en place avec comme suiveurs, Erwan Tabarly (Nacarat), Yoann Richomme (DLBC), Nicolas Lunven (Generali), Morgan Lagravière (Vendée) et Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012). Cependant, au large de Brignogan Plage, Morgan Lagravière et Fabien Delahaye s’emparaient de la deuxième et troisième place grâce à une meilleure route. Les trois hommes se tiennent ce matin en moins de 0,4 mille tandis que le quatrième est à 1 mille derrière.

Deux groupes : l’un au sud, l’autre au nord

Si une grande majorité de figaristes a décidé d’aller se mettre à l’abri du courant le long de la côte dans la soirée, un petit groupe composé de Francisco Lobato (Roff), d’Adrien Hardy (AGIR Recouvrement), Thierry Chabagny (Gedimat), Anthony Marchand (Bretagne – Crédit Mutuel Performance), Julien Villon (Seixo Promotion), Isabelle Joschke (Galettes Saint-Michel), Alexis Loison (Groupe Fiva) et Yannig Livory (One Network Energies) a décidé de couper directement par les Sept-Iles. Une option peu payante car ce groupe a regagné la flotte dans sa deuxième moitié et seul Thierry Chabagny continue sur une route au nord en compagnie de Gildas Morvan (Cercle Vert) et Thomas Ruyant (Destination Dunkerque). Sur une option radicale encore plus au nord, Jean-Pierre Nicol (Bernard Controls) fait route à près de 9 milles des côtes, mais son problème de voile lors du départ et une position en arrière de la flotte (NDLR : Jean-Pierre Nicol a viré premier à la bouée Geolink) ne lui permettaient plus de jouer avec les autres Figaro.

Désormais 10,4 miles séparent le premier, Yann Eliès du dernier Figaro, celui de la Norvégienne Kristin Songe Moller (Kristin for Fulle Seil) mais les prochaines heures vont être cruciales pour les solitaires qui tentent actuellement tous de regagner la côte afin de s’abriter de la renverse du courant. Il n’est pas exclu qu’un grand nombre d’entre eux mouille l’ancre car le vent fait vraiment défaut sur zone avec un vent d’ouest sud-ouest de 2 nœuds.

Ils ont dit :

Yann Eliès (Groupe Queguiner – Le Journal des Entreprises)


« Le départ ne s’est pas passé comme je le souhaitais, j’ai fait pas mal d’erreurs. Mais j’ai mis les bouchées doubles pour revenir sur la tête de la flotte et à recroiser en tête du paquet. Certes avec un peu de chance puisque je joue quand même à domicile mais je me suis présenté au bon moment. J’ai réussi à prendre plus de vent que les autres donc à faire plus de chemin. De la chance il en faut en Solitaire ou sur une étape…
C’est toujours plaisant d’être aux avant-postes.
La vie à bord est un peu stressante : beaucoup de virements de bord du côté de Perros et pas mal de passages avec des cailloux à éviter. J’ai réussi à dormir cette nuit parce qu’on avait un grand bord qui était faisable sous pilote. Là c’est reparti, il faut être sur le pont sans cesse, lire les cartes au mieux et la surface de l’eau… Actuellement j’ai 2 nœuds de vent, un mouillage ne sera certainement pas à exclure… »

Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012)


« La nuit s’est plutôt bien passée pour moi puisque j’ai réussi à revenir dans le paquet de tête mené par Yann et Morgan. Mais une renverse est prévue et çà risque d’être un peu « sauve qui peut »…
Sur le départ on a contourné l’île de Bréhat par le large, il y a eu quelques talonnages, je suis remonté petit à petit et j’ai gagné quelques places.
Ce matin, l’eau est lisse comme un miroir. La vigilance est de mise, il faut chasser tout ce qui traîne dans l’eau. On a peu de temps pour se reposer et se restaurer. De la barre et encore de la barre car le pilote fonctionne mal en raison de l’instabilité de la girouette
On se dirige vers la basse de Portsall qui marque l’entrée du Four. Un groupe assez homogène s’est formé, on est à environ 0,4 milles les uns des autres… »

Source

RivaCom

Liens

Informations diverses

Sous le vent

Au vent

Les vidéos associées : La Solitaire du Figaro