Volvo Ocean Race
Posts

  • CLS, l’ange gardien de la Volvo Ocean Race

    Ces glaces dérivantes sont issues des glaciers de l’Antarctique. Ce sont d’immenses blocs d’eau douce glacée qui peuvent avoir des tailles très variables, de quelques mètres à plusieurs kilomètres de long pour les

    25 mars 2015 • 2014-15, Course au Large, Volvo Ocean Race • Vues: 73

  • A 2100 milles du cap Horn

    Trouver le point Nemo ne s’annonce pas très compliqué car il est juste droit devant la flotte. Les bateaux ne sont plus maintenant qu’à 100 milles du point de l’océan le plus retiré de la planète, aussi connu sous le

    25 mars 2015 • 2014-15, Course au Large, Volvo Ocean Race • Vues: 62

  • François Gabart se livre…

    C’est à l’occasion du dernier Trophée Mer Montagne, disputé fin janvier au Corbier, que nous sommes allés à la rencontre de François Gabart. Loin des tracas quotidiens, François s’est laissé aller à faire le point

  • MAPFRE en vrac !

    Un empannage chinois est toujours violent. D’autant plus violent à bord d’un VO65 lancé pleine balle dans les 40e Rugissants avec quille angulée au maximum. Il aura fallu plus de deux minutes aux équipiers de

    24 mars 2015 • 2014-15, Course au Large, Divers, Multimedia, Vidéo, Volvo Ocean Race • Vues: 80

  • Nuit de frayeur dans le grand sud

    En 12 heures cette nuit, plus de la moitié de la flotte a été confrontée à de sérieux problèmes. Alors qu’Abu Dhabi Ocean Racing a connu un énorme « départ au tas », Mapfre, Team SCA et Dongfeng Race Team ont pour

    24 mars 2015 • 2014-15, Course au Large, Volvo Ocean Race • Vues: 48

  • Plus de peur que de mal à bord de Dongfeng Race Team. Le bateau franco-chinois s’est couché, en plein Pacifique Sud hier soir. Cette sortie de route a fortement pénalisé Charles Caudrelier et ses hommes qui ont perdu du terrain mais le skipper se dit surtout soulagé de s’en sortir aussi bien.

    Charles Caudrelier :

    Ça sera une belle et drôle d’histoire à raconter autour d’une bière a Itajaí ou a mes petits enfants dans quelques années mais cette nuit c’était un enfer.
    Couchés sur l’eau en plein pacifique par 48 sud avec 40 nœuds et 5 mètres de mer est très désagréable. Bizarrement cependant dans cette position c’est calme et silencieux à bord, plus le bruit de la vitesse du bateau, du sillage des vagues. Un silence qui nous permet de communiquer facilement pour s’en sortir.
    Le bilan est lourd en termes de milles sur nos concurrents mais j’avoue quand même être un skipper heureux après cet incident. Tous mes hommes sont à bord et l’équipage a fait un boulot extraordinaire et nous n’avons rien cassé, ni déchiré de voiles. Un miracle !
    On commence donc décidément mal cette étape et nous faisons beaucoup trop d’erreurs. Pour gagner il faut faire moins d’erreurs que les autres. On a déjà bien entamé notre quota et la route est encore très longue. Maintenant on va s’appliquer promis.

    Kevin Escoffier :

    Dure nuit. Départ a l’abatee dans 40 noeuds. C’était Verdun ! Mon gilet a percuté car j’étais sous l’eau (j’étais attaché !). Sinon un autre jibe (bien celui la) et pas mal de manœuvres. Une journee bien remplie! Nous avons du vent mais pas encore trop froid. On est trempé avec l’eau qui est rentrée partout pendant le depart au tas. Et tout ça de nuit bien sur !

    Yann Riou

    Connaissez-vous le “Chinese gybe” ?
    On est un certain nombre à n’en avoir jamais fait, et il a fallu attendre de naviguer sur un bateau chinois…
    Bref. Nuit noire bateau couché sur la tranche, et deux ou trois heures à remettre tout en ordre. Environ 300 l de flotte à l’intérieur, passés par une trappe d’aération, puis par ma bannette et mon sac de couchage avant de se répartir dans le bateau.

    J’ai tourné quelques images mais il faisait vraiment nuit je ne sais pas ce que ça donne. Au moins une gopro et un appareil photo mort en ce qui me concerne.

    Je vais tourner quelques images dehors, c’est magnifique. Ensuite je vais dormir. Je n’ai pas dormi plus de 2h ces dernières 24 heures. Je suis épuisé.

    • Grosse frayeur pour Dongfeng •

  • Le meilleur des blogs des reporters embarqués

    Dongfeng Race TeamYann Riou, OBR

    Gagner du temps

    Des conditions assez irrégulières ponctuées de petits grains, mais qui nous ont permis de continuer notre progression à des moyennes honorables. Cette progression nous emmène pour l’instant dans l’est et continue de nous faire traverser les fuseaux horaires de part en part. Anecdotique? Oui et non. Sur Dongfeng, nous fonctionnons en heure UTC, et les quarts sont à heures fixes. Mais on ne peut pas ignorer complètement l’heure solaire, ne serait-ce que pour les repas. De plus, chaque équipier faisant trois quarts par 24 heures, il y en a en moyenne deux de jours et un de nuit, ou vice-versa. Evidemment, la préférence va plutôt vers le jour…
    Ce petit voyage vers le futur est donc en train de modifier sensiblement les équilibres et habitudes de chacun.

    Un petit coup de vent et une grosse décision pour la nuit

    « On attend encore le dernier fichier, mais on a une bonne idée de ce qu’on veut faire ». Pascal Bidégorry.C’est en train d’arriver en ce moment même. 30 à 35 nœuds, avec de possibles rafales à 40, c’est ce à quoi on s’attend pour les prochaines heures. Une deuxième mise en bouche avant le gros morceau qui devrait arriver d’ici trois ou quatre jours.
    Et c’est justement au milieu de ce petit coup de vent qu’il faudra prendre une décision stratégique importante. La décision d’empanner ou pas, qui nous emmènera soit vers une route plutôt nord, soit vers une route sud, à la limite de la porte des glaces.
    Intéressant de voir ce qu’il va se passer chez les autres.

    Bonne journée
    Yann

    MAPFREFrancisco Vignale, OBR

    n.c.

    Team BrunelStefan Coppers, OBR

    n.c.

    Abu Dhabi Ocean RacingMatt Knighton, OBR

    n.c.

    Team Vestas WindBrian Carlin, OBR

    n.c.

    Team AlvimedicaAmory Ross, OBR

    n.c.

    Team SCACorinna Halloran, OBR

    n.c.

    • On a une bonne idée de ce qu’on veut faire •

  • L’heure du choix

    Crème solaire et mers du sud ne sont pas des mots souvent associés. Sous les ciels bleu clair et dans les conditions de navigation rapides au reaching, on pourrait pourtant presque croire qu’ils font bon ménage sur cette

    23 mars 2015 • 2014-15, Course au Large, Volvo Ocean Race • Vues: 84

  • Trois au nord, trois au sud

    Team Brunel n’a cessé de gagner du terrain sur Team Alvimedica et Abu Dhabi Ocean Racing. Bouwe Bekking et son équipage ont toujours affiché un nœud de plus que leurs adversaires. Team Brunel a été le bateau le plus

    22 mars 2015 • 2014-15, Course au Large, Volvo Ocean Race • Vues: 101

  • Le meilleur des blogs des reporters embarqués

    Dongfeng Race TeamYann Riou, OBR

    Beaucoup d’efforts depuis 36 heures sur Dongfeng pour revenir.
    Malheureusement nos 4 virements pour se décaler dans le sud n’ont pas payé, aller tout droit était la solution et les 3 leaders ont pris quelques longueurs d’avance.
    Dans notre groupe de sudistes, on a beaucoup souffert de l’anticyclone et son vent instable.
    Hier nous avons été complètement arrêtés dans une bulle sans vent nous avons perdu en 2 heures plus de 10 milles sur SCA et 5 sur Mapfre.

    Cette nuit, Mapfre semble avoir été victime d’une même bulle et en quelques minutes nous lui sommes passés sous le vent. Cet après-midi, c’est SCA que j’aperçois de nouveau en me levant de ma sieste.
    Enfin du positif et on a retrouvé notre vitesse.
    L’équipage profite de ces conditions anticycloniques pour se reposer. La sortie brutale de la Nouvelle Zélande associée pour certains au mal de mer nous a pris à froid après 4 étapes sous les tropiques. Dans 24 heures, ça va de nouveau accélérer et on doit être prêt car on a quelques milles à rattraper.

    A bord la vie s’organise et nos amis chinois découvrent le froid, il fait encore 15 degrés et ils sont déjà couverts comme dans le sud. il va falloir qu’ils s’habituent. Dans 3 jours, l’eau et l’air seront à 5/6 degrés. Je les admire avec si peu d’expérience d’avoir le courage d’être là et de tenir leur rôle à bord. Je vois bien qu’ils sont inquiets, stressés mais ils voulaient être là et passer ce fameux caillou.

    Wolf vient de me demander combien de jours avant le Horn. Neuf. Il a semblé rassuré et satisfait, 9 jours ça ne l’effraie plus après 4 étapes. Il y a 5 mois je me souviens encore de sa tête quand je lui annonçais 9 jours avant l’arrivée à Cap Town. Il était désespéré tellement il avait souffert sur cette première étape et il voulait abandonner la voile. A Auckland, c’était le plus motivé pour aller dans le grand sud. Il va sans doute le regretter par moment avant de franchir son premier cap Horn.

    Black quant a lui a retrouvé le sourire quand au réveil je lui ai tendu un ciré tout neuf. Hier il a déchiré le col étanche de sa veste. Depuis hier, il naviguait avec son haut de spare mais qui n’avait pas de capuche. Un détail sous les tropiques, un calvaire dans le sud.

    MAPFREFrancisco Vignale, OBR

    n.c.

    Team BrunelStefan Coppers, OBR

    n.c.

    Abu Dhabi Ocean RacingMatt Knighton, OBR

    n.c.

    Team Vestas WindBrian Carlin, OBR

    n.c.

    Team AlvimedicaAmory Ross, OBR

    n.c.

    Team SCACorinna Halloran, OBR

    n.c.

    • C’est quand le Horn ? •