Thomas Coville
Posts

  • L’épreuve du près avant les plaisirs de la glisse

    Sous spi serré, les 154 équipages de l’ArMen Race ont pris leur envol, ce matin, au petit jour. Du Mini 6,50 au MOD 70, en passant par Pen Duick III, les Imoca, le VOR 60, les Multi 50 et 30 et la foule d’IRC et Osiris : le

    15 mai 2015 • Armen Race, Régates, Trophée Atlantique • Vues: 271

  • 157 équipages dans les starting-blocs

    Ils ne sont pas mécontents d’être au ponton les coureurs de l’ArMen Race. Ça moutonne dans le chenal de la Trinité-sur-mer, les grains alternent avec de brèves éclaircies et les 30 nœuds établis annoncés soufflent

    14 mai 2015 • Armen Race, Régates, Trophée Atlantique • Vues: 284

  • Red Bull donne des foils !

    Les foils ne sont plus seulement l’avenir : ils sont le présent de la régate avec le tout nouveau circuit international Red Bull Foiling Generation. Il s’agit de la première compétition à offrir la possibilité à

  • Le Red Bull Foiling Generation lève l’ancre

    Huit équipes de deux membres ont investi la cité portuaire de Wakayama pour régater pendant trois jours sur des Flying Phantoms, marquant ainsi le début du Red Bull Foiling Generation. La finale de dimanche a vu Shinichiro

  • Mini…. mais il fait le Maximum

    Les 65 bateaux de la Lorient Bretagne Sud Mini se sont élancés hier depuis Lorient pour la 1ère course Atlantique de la saison. On savait les conditions météo périlleuses, ouvrant le jeu tactique d’un parcours

    12 avril 2015 • Course au Large, Lorient Bretagen Sud Mini, Mini 6.50 • Vues: 305

  • DENIS – COVILLE, un duo insolite et prometteur

    En apparence, rien d’étonnant dans le tandem que forme Frédéric Denis et Thomas Coville sur la premiere compétition de la saison Mini 6.50, la Lorient BSM, dont le départ sera donné ce Samedi 11 Avril 2015, à 13h.

    9 avril 2015 • Course au Large, Lorient Bretagen Sud Mini, Mini 6.50 • Vues: 218

  • Inscription 2015 : C’est parti … avec de nouveaux parcours !

    Fidèle à son habitude, le rendez-vous dédié à la promotion de la sécurité en mer accueillera, du 19 au 23 juin prochain, des grands noms de la voile et des plaisanciers anonymes pour en découdre sur quatre parcours au

    13 mars 2015 • Record SNSM, Records • Vues: 770

  • La victoire de Loïck Peyron et de Banque Populaire saluée par Thomas Coville et Patricia Brochard

    Thomas Coville, skipper de Sodebo Ultim’ :

    La semaine a été longue , je n’ai pas réussi à me raser comme si j’étais encore sur l’eau à vivre le déroulé de cette transatlantique que j’avais en tête. J’ai attendu cette arrivée avec peut-être autant d’impatience que Loïck . Cette Route du Rhum était trop courte et ces quelques heures de bagarres au départ étaient trop belles. Etre coude à coude avec Loïck Peyron après avoir croisé le fer avec Lionel Lemonchois et Sydney Gavignet, c’était le scénario le plus fabuleux que je n’avais osé imaginer. Il y avait un vrai match et la semaine s’annonçait fantastique. Je mesurai ma chance d’être à la barre d’un bateau compétitif, face à l’une des légendes du multicoque en solo. La première fois que j’ai navigué en multicoque avant même l’aventure Laurent Bourgnon, c’était sur Fujicolor avec un certain Jacques Vincent et Loïck Peyron, déjà au top de la pop de l’époque. 20 ans après, j’avais le droit de combattre et d’oser le défier. Cette victoire de Loïck Peyron est celle de l’expérience, du travail de tant d’années et le cumul de navigation sur toutes les mers du monde et sur tous les engins qui flottent ou volent. Bravo MONSIEUR Peyron , bravo Loïck.Cette arrivée c’est aussi le moment où je peux tourner la page. Je serai peut être là dans quatre ans pour finir mon histoire avec la Route du Rhum face à Armel Le Cleach peut être et Loïck sera peut être là avec son sourire moqueur, mais cette fois sur Happy pour finir lui aussi une autre histoire . Chapeau bas Loïck !

    Patricia Brochard, Co-présidente de Sodebo:

    Après l’annonce de l’abandon d’Armel, quelques mois seulement avant le départ de la Route du Rhum, Banque Populaire a su rebondir et trouver une solution gagnante.Avec cette nouvelle première place, Banque Populaire prouve une fois de plus l’intelligence de son projet sponsoring. Cela est rendu possible par son engagement depuis de nombreuses années dans la voile. Un grand bravo à toute l’équipe avec une pensée pour Armel qui a aussi été un acteur de cette victoire.Cela confirme également le bel avenir de cette catégorie des Ultims.Et bien évidemment nous saluons aujourd’hui la victoire de Loick Peyron qui en relevant ce nouveau défi a prouvé l’étendue de son talent. Félicitations à lui et son team.

    • L’hommage de Thomas Coville •

  • Sodeb’O Ultime bientôt en chantier

    La priorité aujourd’hui est de convoyer Sodebo Ultim’ par la mer jusqu’à Lorient où il entrera en chantier pour commencer rapidement la réparation de la coque centrale et celle du flotteur endommagé. Un team de

    7 novembre 2014 • Course au Large, Route du Rhum • Vues: 470

  • THOMAS COVILLE, INTERVIEW TAILLE ULTIME !
    Le navigateur est arrivé jeudi soir à Saint-Malo à bord du trimaran Sodebo Ultim’. A six jours du top départ de sa cinquième Route du Rhum, Thomas Coville s’exprime librement sur les forces en présence dans la Classe Ultime. La catégorie des ‘grands multicoques’ réunit cette année huit trimarans, d’une longueur de 21 à 40 mètres. Tous ces bateaux ont des atouts et seront menés par huit marins de 39 à 58 ans, aux profils très différents. Le skipper du groupe alimentaire français SODEBO prend la barre du dernier né de la Classe, son trimaran ayant été mis à l’eau fin mai. C’est aussi l’un des plus puissants de la flotte, avec Spindrift 2 de Yann Guichard et le Maxi Solo Banque Populaire VII, piloté par Loïck Peyron depuis le forfait sur blessure fin août d’Armel Le Cléac’h.

    Thomas, suffit-il de classer les concurrents de la Classe Ultime par taille pour faire un pronostic ?

    Toute le monde veut des codes, mettre tout dans des cases. Faire un pronostic d’avant course, surtout dans notre sport, soumis à autant de paramètres, ne signifie pas grand chose pour les coureurs. Par contre, en Ultime, je suis convaincu que nous aurons tous notre chance. Chacun aura un atout, un point fort, à exploiter, encore faudra-t-il identifier le moment où cela va se présenter, où cela va s’ouvrir pour toi. Il faudra suffisamment connaître tes qualités et tes défauts pour savoir que c’est le moment de répondre présent, que c’est là et maintenant.

    Avant le départ, la météo annoncée pour la semaine de course permettra-t-elle d’établir une première hiérarchie ?

    La météo favorisera les uns ou les autres, c’est certain. Mais, ma logique est simple, dans la vie, il y a ce qui t’arrive et ce que t’en fait. La météo on ne la décide pas, par contre, chacun a déjà fait ses choix en amont et s’est préparé avec sa personnalité et la physionomie de son projet.

    Crains-tu Yann Eliès, Sidney Gavignet et Sébastien Josse en MOD70, ces trimarans moitié moins grands que Spindrift 2 et 10m plus courts que Sodebo Ultim’ ?

    Les MOD70 sont aussi trois fois plus légers que Spindrift 2 ! Ces bateaux seront à l’aise si on a du vent plutôt faible à médium mais surtout s’il y a beaucoup de manœuvres et qu’il faut être très réactif. Yann, Sidney et Sébastien ont une grande expérience au large et en solitaire. Ils devront être capables de se mettre dans le rouge mais aussi de prendre leur mal en patience si c’est 35 nœuds de vent avec de la mer mais oui, je les prends très au sérieux.

    Peut-on s’attendre à ce que Lionel Lemonchois, recordman de l’épreuve en 7 jours et 17 heures, et que Francis Joyon, détenteur du record du tour du monde en solitaire en 57 jours, soient très efficaces dans des conditions musclées ?

    Francis et Lionel ont l’expérience de leur bateau. Ils pourront faire parler la poudre avec des machines un peu moins puissantes que Spindrift 2, Banque Populaire ou Sodebo Ultim’ mais Idec et Prince de Bretagne sont hauts de francs-bords, ce sont des bateaux de large, conçus pour le solitaire et uniquement pour cela. L’un pour le tour du monde, l’autre spécialement pour La Route du Rhum. Ils ont été pensés pour leur skipper donc le duo ‘homme-bateau’ est parfaitement ajusté. La force de Francis et Lionel est d’être des ‘spécifiques’ du solitaire, là où Loïck ou moi et d’autres, nous sommes des profils plus éclectiques, issus du solo et de l’équipage, du monocoque et du multicoque.

    Comment vois-tu les choses pour les trois bateaux de plus de 30 mètres, Sodebo Ultim’, Spindrift 2 et le Maxi Solo Banque Populaire VII qui a remporté l’épreuve en 2010 avec Franck Cammas ?

    Pour nous trois, l’enjeu est de pouvoir choisir les trajectoires où il y a peu de manœuvres et où on peut faire parler la puissance. Toujours est-il qu’il faut rester toilés dans ces longues trajectoires. C’est là que c’est chaud. Quand tu as beaucoup de toile au-dessus de la tête, ça va très vite, c’est impressionnant, ça fait fumer la machine. Dans les transitions, les passages de fronts, il faudra être patient car la moindre manœuvre prendra au moins un quart d’heure donc c’est du temps. Tu ne pourras pas la refaire à chaque grain ou, en tout cas, pas parfaitement. Il faut être conscient de ça et choisir une cotte mal taillée qui permette de s’en sortir au mieux.

    Quelles sont les forces de Yann Guichard et Loïck Peyron ?

    Yann Guichard est un athlète super physique. De nous trois, c’est celui qui a aussi le plus de talent parce qu’il a la culture du multicoque olympique qui donne cette compréhension et cette finesse qui sont des atouts. Il sait aussi se préserver avant une épreuve et être brillant le jour J. Loïck Peyron est, par définition, un concurrent dangereux. C’est un marin qui a une énorme expérience et pas grand-chose à perdre. L’Ultime lui va bien parce qu’il ne faut pas beaucoup manœuvrer, c’est là où sa capacité d’utiliser un multicoque au mieux quand il est surtoilé ou sous-toilé va énormément lui servir. A certains moments, manœuvrer sera inévitable mais une fois lancé, le métier qu’il a du multicoque va être redoutable. Je pense que c’est lui le favori de cette Route du Rhum.

    Comment te positionnes-tu dans cette flotte à la barre de Sodebo Ultim’ ?

    Il va falloir que je pousse fort. Je vois bien les angles où ça va être chaud et impressionnant. Ce sera aux allures de haute vitesse où il faudra assurer en solitaire. Je sais que mon bateau peut y arriver et que je peux le maitriser. Malgré tout, il va falloir passer un ‘step’ dont nous n’avons pas l’habitude en régate au large. Avec des bateaux aussi puissants, on navigue ‘facile’ à 32/33 nœuds mais y’a des moments où l’on sera tout le temps à 36/37/38 nœuds, avec des pointes au-dessus de 40 à se demander “Est-ce que c’est normal ?“, “Est-ce que je vais tenir la cadence comme ça plusieurs heures ?” “Est-ce qu’il faut réduire maintenant parce que je ne pourrai pas plus tard et que je ne pourrai pas dormir et que ça va devenir limite ? ». Ce sont les questions qu’on se posait à 30 nœuds à l’époque en Orma (trimaran de 18,28m). Par contre, nos bateaux d’aujourd’hui pèsent une quinzaine de tonnes, le double, et ça change tout !

    Peux-tu préciser ?

    L’énergie déplacée est colossale et l’inertie énorme. C’est comme être dans une voiture ou dans un semi-remorque. Avec le poids du camion, un petit coup de frein un peu violent et tu te fais embarquer. Et puis, tu ne l’arrêtes pas comme ça, là c’est pareil. Si tu dois redescendre en gamme de vitesse, il faut réduire la voilure, ce qui est hyper pénalisant et, physiquement, tu ne pourras pas le faire dix fois d’affilée. C’est là où la conversation avec le routeur à terre sera très importante. Si t’es en surrégime mais que ça doit mollir, tu peux serrer les dents un moment mais pas trop. Et si au contraire, le vent doit forcir, tu sais que la manœuvre sera compliquée alors tu réduis avant mais c’est là où Francis ou Lionel peuvent avoir envie et la possibilité de pousser le bouchon un peu plus loin !

    Dans quel état d’esprit te sens-tu ?

    On me parle sans arrêt des risques que nous prenons, c’est souvent anxiogène et je me sens en décalage. J’adore ce que je fais, je m’éclate vraiment. Je suis très fier du travail que nous avons réussi à réaliser avec l’équipe en si peu de temps. Nous vivons une époque fabuleuse de la course au large avec nos Ultimes et, plus largement, 90 bateaux au départ de La Route du Rhum, c’est génial. J’ai surtout hâte d’y être !

    Les concurrents de la Classe Ultime :

    • Thomas Coville : 46 ans, 5e participation, 1 victoire en 1998 en monocoque 60’.
      Sodebo Ultim’ : 31 m, poids : NC, mis à l’eau en mai 2014.
    • Yann Eliès : 40 ans, 1ère participation
      Paprec Recyclage : MOD70, 21,20 m, poids : 6,3 t, mis à l’eau en 2013
    • Sidney Gavignet : 45 ans, 2e participation
      Musandam-Oman Sail : MOD70, 21,20 m, poids : 6,3 t, mis à l’eau en 2011
    • Yann Guichard : 40 ans, 2e participation
      Spindrift 2 : 40m, 21 tonnes, mis à l’eau en 2008
    • Sébastien Josse : 39 ans, 2e participation
      Edmond de Rothschild : MOD70, 21,20 m, poids : 6,3 t, mis à l’eau en 2011
    • Francis Joyon : 58 ans, 6e participation
      Idec Sport : 29,70m, 11 t, mis à l’eau en 2007
    • Loïck Peyron : 54 ans, 7e participation
      Maxi Solo Banque Populaire VII : 31,50m, 18t, mis à l’eau en 2006
    • Lionel Lemonchois : 54 ans, 4e participation, 1 victoire en 2006 (trimaran 60’) et 1 en 2010 (trimaran 50’)
      Maxi 80 Prince de Bretagne : 24,38m, 7 tonnes, mis à l’eau en 2012

    • Thomas Coville, interview taille Ultime ! •